LA MORSURE

CAR POUR MORDRE ON NE DEMANDE PAS LA PERMISSION

Labo Morsure 4 : BITCH // ENDROITS DU SPECTATEUR // VALEUR DE L’ARTISTE | lundi 24 Fév au mercredi 26 Fév | RENNES

Pourquoi ce thème ?

En 2016, lors de la création de la compagnie, pour des raisons personnelles et professionnelles, nous nous sommes posés la question de la radicalité ; Dans quelle mesure évoluant notamment dans un univers  conformiste (le match improvisation théâtrale, l’improvisation en entreprise). Les questions de la radicalité et de la soumission au public sont devenues centrales dans notre travail, dans cette période économique, où également les entreprises se substituent aux soutiens publics.

Ainsi, en 2016, dans cet élan, nous avons créer « le bordel ». Cette création immersive, venait embrasser des questions politiques autant qu esthétiques. Au delà de la question du désir et de la violence faites aux femmes, elle venait interroger de manière frontale la transaction entre l’artiste et le spectateur. La tension existante entre la culpabilité et le désir. L’acteur objet-sujet soumis au désir du spectateur, proposant aussi un miroir à ses fantasmes.

Les questions abordées

La transaction avec le spectateur : que lui doit-on et que nous doit-il ?

Comment équilibrer la relation avec le spectateur afin de le libérer et de libérer l’artiste.
Quelle est la limite de la radicalité pour garder le lien avec le spectateur? Qu’est-ce qui est obscène ? Provoquer n’est-il pas s’enfermer dans un nouveau système de démagogie ?
Jusqu’où peut-on déplacer le public ?
Comment être l’objet tout en restant sujet artistique ?
Comment traiter formellement la question de la prostitution dans une création, et comment traiter cette question dans n’importe quelle création ? Je ne suis pas ta pute.
Comment aborder le paiement concret ou/et symbolique : comment se libérer et libérer le spectateur. Comment le rencontrer, comment le quitter, le saluer ?
Quels sont les rapports de dépendance entre les spectateurs et les artistes?

Bien entendu, ce laboratoire n’est pas que l’endroit d’un questionnement philosophique. Il est D’ABORD et AVANT TOUT un espace de pratique et d’expérimentation artistique AU PLATEAU et IN SITU. Nous nous appuierons sur des exercices, ateliers et propositions concrètes, notamment sur de l’esthétique relationnelle (propositions immersive, performances …).

QUI ?

Nous souhaitons lors d’un laboratoire expérimenter, approfondir ces questions avec la participation d’artistes qui nous sont proches pour qu’ils puissent s’emparer également de de ces sujets.

Marie Le Mauff (Photographe)
Cécile Morelle (Comédienne-clown)
Elisabeth Hérault (musicienne)
Lionel Chouin (plasticien, comédien)
Paola Vigoroso (comédienne, danseuse)
Fred Joiselle (musicien)
Kevin Hetzel (comédien)
Mare Dissais (comédienne, danseuse)
Florence Loison (danseuse, chorégraphe)
Isa Balog (plasticienne, vidéaste)
Christophe Le Cheviller (comédien)
Marie Parent (comédien)
Aurélien Cojean (muse)
Carole Riou (psychologue)
Marjorie Kellen (danseuse)
Charles-Henri Botton (comédien)
Julie Seiller (musicienne, comédienne)

Pierrick Naud (plasticien, performer)

Nous envisageons de présenter une sortie de laboratoire en clôture face à un public invité, le mercredi 26 Février à la MJC la Paillette, en fin d’après-midi.

Glittering Bitch — Hope Gangloff

24/02/2020-26/02/2020

Toute la journée

MJC LA PAILLETTE

RENNES

2 rue Pré de Bris